Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 00:57

 

ciao vinc 00Ouverture de "Ciao Vinc" à la Vierge, par Nico Potard et Paulo Dudas.

La Vierge, c’est un peu le « Grand Capucin » d’Argentière… Certes c’est deux fois moins haut, mais tout  aussi raide. Pour preuve, Roch Malnuit l’a sauté avec son parachute en 2006. De plus, ce petit sommet situé rive droite du glacier du Milieu, sur l’aiguille d’Argentière est caractérisé par un dense réseau de fissures. Cela n’a pas échappé à Romain Vogler, fin dénicheur de fissures qui a ouvert la célèbre voie "Rêve de Singe".

Avec Nico, à chaque printemps on va grimper une des voies de ce sommet. Tellement facile d’accès à ski et parfait pour se remettre la caisse en granit.

En avril 2007, redescendant d’une voie, on a repéré LE SPLITTER. Une fissure de 40m rayant une dalle à la verticale. Vogler ne l’aurait pas vue ? Bizarre…


Deux ans plus tard, nous sommes de nouveau devant le monolithe. Cette fois, pour ouvrir.

Le problème est qu’il va falloir une intro et une fin à cette fameuse fissure.

On trouve un cheminement de belles longueurs jusqu’au pied du splitter. Dommage, on est obligé de grimper 15m dans « une saison en enfer » la voie de Piola.


Enfin devant la longueur tant attendue, franchie d’abord mi artif, mi libre, il nous faudra plus d’un essai pour enchaîner, et annoncer la cotation 7b « californien ». 45m d’anthologie ; petite fissure où on a du mal a rentrer les doigts, et petit à petit la fissure s’agrandit pour finir en verrous de poing.

La suite est logique, un dièdre de 30m nous conduit à une petite plate forme. Et avec quatre spits, la voie se termine par une longueur typée falaise ; trois petits toits sur réglettes.

C’est l’histoire de "Ciao Vinc", une voie dédiée à Vincent Drouillat, excellent grimpeur de Sallanches, tragiquement décédé en Janvier 2009. 

 

ciao vinc 01
ciao vinc 02
ciao vinc 03
ciao vinc 04  ciao vinc 05

ciao-vinc-12.jpg

ciao-vinc-10.jpg  ciao vinc 06

ciao-vinc-13.jpg

ciao vinc 07
ciao-vinc-11.jpg

ciao vinc 08
ciao vinc 09  ciao-vinc-15.jpg

ciao-vinc-14.jpg

 

Découvrir le site de la Compagnie des Guides de Chamonix.

Découvrir les nouvelles voies ouvertes par les guides de la Compagnie

Repost 0
Published by Compagnie des Guides de Chamonix - dans Ouverture de nouvelles voies
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 00:49

Aiguille d'Argentière, 1ère de la goulotte du sommet W. le 21 avril 2011 par  Brice, Doodz et Zian

Départ à quatre heures du refuge d'Argentière. On remonte péniblement le début du col du Chardonnet. Sans couteaux et avec de gros sacs, la tâche n'est pas aisée.

Après 3h30 de peau, on se délecte de chausser les crampons et la rimaye fragile n'est que du bonheur.
La goulotte est bien fournie en glace, et les passages rocheux se protègent toujours très bien.

On s'est régalé de bas en haut.
Puis de haut en bas, en équipant la descente sur de bon relais à 50m.
Et surtout une descente en ski excellente jusqu'au glacier d'Argentière.

2011-04-21 aig argentiere 0
2011-04-21 aig argentiere 1
2011-04-21 aig argentiere 2
2011-04-21 aig argentiere 3
2011-04-21 aig argentiere 4
2011-04-21 aig argentiere 5
2011-04-21 aig argentiere 6
Texte et photos de Zian Charlet, guide de haute montagne.

Les autres ouvertures de voies dans le blog.

Repost 0
Published by Compagnie des Guides de Chamonix - dans Ouverture de nouvelles voies
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 00:12

 

Louis Laurent, guide de la Compagnie, vient d'ouvrir une nouvelle voie avec Ian, près du couloir Chevalier, sous la selle du Chevalier. C'était le 6 avril 2011.
Voici le topo et les photos de l'ouverture.

"Ça devient rare de partir à l'inconnu. Surtout à côté des Grands Montets. Voilà une ligne sans engagement, pas expo et très ludique que nous avons parcourue avec Ian. 5 longueurs de 60m dont un dièdre immense et magnifique en L3, nous permettent de rejoindre l'arête sous la selle du Chevalier. "


2011-04-05 pepite 00
2011-04-05 pepite 01
2011-04-05 pepite 08
2011-04-05 pepite 02
2011-04-05 pepite 03  2011-04-05 pepite 04
2011-04-05 pepite 09  2011-04-05 pepite 10

2011-04-05 pepite 05
2011-04-05 pepite 11
2011-04-05 pepite 12
2011-04-05 pepite 07

 

Texte et photos de Louis Laurent et Yan Toupin.
Alpinisme hivernal avec un guide de la Compagnie.

Découvrir d'autres ouvertures de voies.

Repost 0
Published by Compagnie des Guides de Chamonix - dans Ouverture de nouvelles voies
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 19:52

Du premier au 4 février, Patrick Pessi, Seb Ratel et Rémi Sfilio ont ouvert une nouvelle voie dans les Droites.
Vous pouvez lire l'article "Nouvelle voie aux Droites par des guides de Chamonix" dans ce blog.

Voici deux pièces qui manquaient à l'article : le topo et le tracé de la voie sur une photo.

topo-ecaille-epique-copie-1.jpg
Tracé écaille épique

Repost 0
Published by Compagnie des Guides de Chamonix - dans Ouverture de nouvelles voies
commenter cet article
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 00:57

34-super intégrale de Peuterey
Samedi 5 février 2011.

 

 01-super intégrale de PeutereyVoici trois bonnes semaines qu’un anticyclone méditerranéen nous protège et maintient des températures plutôt douces sur l’Alpe. Les faces sont sèches et les conditions nivologiques clémentes. Cela fait un moment qu’on pense partir en montagne, mais toujours les problèmes d’organisation nous bloquent : difficile d’être libres ensemble au même moment, entre boulot et autres obligations.

Cette semaine, Pierre et moi sommes libres. Peut-être qu’on aurait pu bosser, mais tant pis. Je n’ai pas choisi le métier de guide pour être contraint d’attendre.  Aymeric, lui, revient  d’Argentine et est acclimaté. Il en profitera pour porter les sacs !

 

Toutes les conditions sont belles et bien réunies pour partir en voyage en face sud du Mont Blanc. L’idée est de faire la « Super Intégrale de Peuterey » : l’ascension du Mont Blanc en enchaînant trois grandes voies d’escalade. Imaginée par Renato Casarotto, et réalisée en solo du 1 er au 15 février 1982, c’est une des réalisations les plus marquantes et incroyables de l’époque.

Aïe ! Je ne suis pas sûr d’avoir envie de dormir dehors, d’avoir froid, bouffer des lyophs’ et garder les mêmes chaussettes toute la semaine. Mais cela fait tellement d’années qu’on en parlait ! Ce serait vraiment se défiler que de ne pas y aller. Et puis à cette période relativement calme de l’année je ne me sens pas indispensable en fond de vallée. Alors que là-haut, tous les sommets crient mon nom ! Et si je partais pour un voyage qui commencerait sur le pas de ma porte et en compagnie de personnes que j’apprécie et qui sont prêtes, même à se supporter ?

 

 

Dimanche 6 :

 

On prépare les sacs. Le jour tombe mal. Les magasins sont fermés et il manque toujours quelque chose. On y arrive. 6 jours de nourriture pèsent lourd. On essaie de prendre léger en matos.

 

 

Lundi 7 :

 

10-super intégrale de PeutereyOn retrouve Alberto sur le parking de Courmayeur qui tous les matins rejoint son restaurant en motoneige. On monte derrière : il fait le con, accélère à fond à chaque sortie de virage, mais nous fait économiser quelques kilomètres de marche en nous déposant au pied de la montée du refuge Monzino. Il faut que je pense à lui ramener une bouteille…

Les motos s’en vont. Pierre et Aymeric sortent la carte. Comme s’ils n’avaient pas envie de croire qu’il faut maintenant monter tout droit dans la pente ! Petit moment de solitude au moment où l’on quitte la trace damée : ça enfonce à mi-mollet, au mieux…

Deux sacs de 23kg et un de 16kg pour celui qui trace. On tourne tous les ¾ d’heure.

Environ 5h plus tard, on passe sous Monzino. Heureusement, le matin-même sur le parking, on croise un guide de Courmayeur qui nous conseille de passer par le col de l’Innominata plutôt que par la rive gauche du glacier du Fréney pour rejoindre le pied de la Noire. Encore 5h et un rappel pour descendre du col de l’Innominata et on arrive à 19h, de nuit, au pied de la Noire. C’est raide !

Premier repas. On remarque que les sachets de lyophilisés sont équipés d’un zip qui permet de les refermer hermétiquement le temps de la réhydratation. On se dit que pour en conserver la chaleur on pourrait les mettre dans la doudoune en attendant qu’ils soient prêts. On déconne sur le fait qu’il faut quand même faire gaffe, par trop faire de mouvements brusques… quand un bruit caractéristique de chute de glace qui percute la neige non loin du bivouac nous oblige à nous jeter au sol pour nous protéger… Les lyophs’ éclatent et se répandent entre les couches de polaires et de doudoune. Echec.

 

 

Mardi 8 :

 

03-super intégrale de PeutereyOn part pour la Voie Ratti, TD, dans la raide face Ouest. Les sacs sont légers car on ne fait qu’un aller-retour. Aymeric commence en tête et les longueurs s’enchaînent en grosses à un rythme régulier. C’est à partir du moment où j’ai touché le rocher que j’ai véritablement fait partie du voyage : les doutes se sont évaporés et l’issue sera le sommet du Mont Blanc en passant par la Noir et la Blanche.

On grimpera toute la semaine environ 5 longueurs chacun en tête avant de changer de leader. Plus on monte dans la voie, plus c’est raide. Peter passe, chaussons aux pieds (et le sac a pof qui déborde de magnésie, comme d’hab’), passe la longueur en A1 qu’on n’a pas vraiment jaunie. A 17h on est au sommet autour de la Vierge, qui est complètement folle de nous voir. Mais on n’est pas des garçons faciles…

Descente en rappels de jour d’abord, facile, puis de nuit, plus galère. Retour au bivouac à 20h. La température descend vite dès le soleil disparu.

 

 

Mercredi 9 :

 

17-super intégrale de PeutereyOn récupère toutes les affaires de bivouac et on part pour la Voie Boccalatte-Gervasutti TD à la pointe Gugliermina. On y accède en 2h environ par les vires Schneider. L’escalade semble moins raide et me rappelle celles de l’Oisans où j’ai commencé à grimper. Le rocher cannelé aux prises aléatoires oblige à grimper en position "étoile de mer". Pas facile à protéger : après 3 longueurs on décide de hisser le sac du premier, juste au moment où je passe la main…c’est moche les gars, z’êtes pas joueurs… Petit moment d’incertitude vers les 16h. On est sur une vire correcte et dans 2h il fera nuit. Peter, n’ayant même pas envisagé la possibilité de s’arrêter avant la nuit, continue droit dans le raide et ravale nos cordes aussi fort qu’il hisse le sac. Ce qui fait qu’à certains moments le sac grimpe mieux que moi.

Il a eu raison : on arrive avec la nuit sur une petite terrasse de bivouac qu’on aménage une trentaine de mètres sous le sommet. Cette nuit-là un vent se lève et secoue nos duvets pour s’arrêter juste avant le réveil.

 

 

jeudi 10 :

 

22-super intégrale de PeutereyPetite journée en perspective. C’est une course d’arête qui, du sommet de la Gugliermina, nous emmène au col de Peuterey en passant par le sommet de la Blanche. En quelques heures c’est fait et en début d’après-midi on arrive au sommet. Et là c’est le dilemme : Aymeric voudrait descendre au Grand Pilier d’Angle pour faire la voie Bonatti le lendemain, histoire de faire un enchaînement plus original. Peter et moi ne sommes pas trop chauds : le rocher nous semble être moins sympa que ces piliers ocre du versant Freney qui nous narguent depuis le premier jour. Et puis on trimballe depuis le début l’équipement de mixte pour rien. On décide finalement de descendre au col et de partir pour le versant Freney le lendemain.

Au col, c’est soleil, pas de vent : parfait pour la sieste.

On passe l’après-midi à brûler au soleil sur les karrimats en entretenant des discussions pas vraiment philosophiques afin de ne pas trop se fatiguer.

Quand le soleil passe, je jette un œil sur le thermomètre : -17°c. On dirait pas.

Au milieu de ces discussions nous vient l’idée de faire deux voies : la Frost-Harlin au pilier Dérobé, dormir au pied le soir, puis sortir le lendemain par Fantomastic, une ligne de mixte adjacente. Quitte à être ici, autant en profiter.

 

 

Vendredi 11 :

 

24-super intégrale de PeutereyRéveil à 3h, la journée prévoit d’être longue. On remonte la pente de neige et mixte facile jusqu’au pied du Dérobé, où l’on arrive avec le soleil. Soleil un peu voilé, moins envie de faire du rocher que la veille.

 

«-C’est quoi cette ligne entre le Dérobé et le Central ?

-Sais pas. Regarde sur le topo.

-Y'a rien sur le topo !

-Ben moi ça me dit bien !

-Pareil !

-Au moins on pourra pas se perdre par rapport au topo… »

 

J’attaque les 4 premières longueurs : c’est magnifique, soutenu sans jamais être abominable. De la glace  fossile remplit le fond de cette fissure-dièdre. Je grimpe au soleil à plus de 4400m d’altitude dans une voie de rêve.

Je fais relais au pied de la longueur qui nourrissait notre incertitude depuis le bas de la voie.

Aymeric passe en tête. Il nous dit que ça fait quand même moins peur une fois au pied.

« Si tu le dis… »

Les gros friends manquent et s’engager dans cette fissure large ne fait pas envie. Je suis à l’assurage, le regard fixé sur les mollets d’Aymeric qui entretiennent un mouvement vibratoire rappelant vaguement celui d’une machine à coudre. Finalement c’est après un combat d’ordre moyen qu’il fait relais.

 « -Ca protégeait pas trop mal, mais comme tu le sais pas avant de l’avoir fait… »

Encore quelques longueurs (9 au total) plus faciles nous mènent sur l’arête au sommet des piliers, où la nuit nous rejoint. On a ouvert une voie au Mont Blanc !

Et là, on n’est pas au bout de nos peines. Il  nous faudra quelques heures de plus pour rejoindre le sommet du Mont Blanc. Ca tire dans les pattes, l’arête est en glace bleue et nous oblige parfois à traverser sur les pointes avant. Enfin, le dernier raidillon sous le sommet. L’altitude, ajoutée à la fatigue de la semaine, se fait sentir, je marche en zigzag, je comprends ce que ressentent la plupart des personnes que j’accompagne au sommet du Mont Blanc : Quelle souffrance ! L’hiver prochain on ira plutôt faire du surf au Costa Rica !

 

21h : Sommet ! L’émotion d’avoir fini, le sentiment d’avoir fait quelque chose d’exceptionnel, et les lumières de la vallée de Chamonix tout en bas. Un petit vent glacial, -23°c. On descend jusqu'à l’abri d’infortune Vallot. Dernière nuit, les duvets humides ont gelé et semblent pleins de boules de pétanque, les pieds sont plus ou moins défoncés et le granite, aidé du froid, décolle la peau au bord des ongles des mains.

 

 

Samedi 12 :

 

33-super intégrale de PeutereyLa nuit a quand même été réparatrice et on descend tranquillement par le Goûter. On retrouve petit à petit la civilisation sur ce versant plus parcouru du Mont Blanc. Tête Rousse, puis le Nid d’Aigle. C’est la première fois que je passe ici sans y accompagner un client ! Et enfin, les rails qui nous mènent à Bellevue. Les trois types au parfum douteux passent entre les chaises longues des demoiselles qui prennent le soleil, sans mot dire empruntent la benne, traversent la route, entrent et commandent trois bières, ainsi que trois entrecôtes maître d’hôtel saignantes, frites et salade.







Vous pouvez voir l'abum super intégrale de Peuterey.

Voir les articles dans le blog sur les ouvertures des nouvelles voies.

Repost 0
Published by Compagnie des Guides de Chamonix - dans Ouverture de nouvelles voies
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 00:41

Dans la face nord des Droites avec des guides de la Compagnie, les 1, 2, 3 et 4 février 2011.
Ecaille épique, M5,M6 et 80°/90°, voir le topo et voir le tracé sur une photo.

"Adolescent, j’étais fasciné par les lignes fuyantes des faces nord, j’avais alors récupéré une diapositive de la face nord des Droites qui avait été prise par un copain depuis le refuge d’Argentière et j’en avait fait un poster géant.
Longtemps accroché sur le mur de ma chambre, il m’avait appris tous les angles des différentes voies qui me faisaient rêver.
D’année en année, je finis condamné à gravir les classiques de cette face nord : la Davaille, la Ginat, l'éperon Tournier... puis l’éperon Messner d’où me vint l’idée d'une nouvelle voie à ouvrir, plutôt rocheuse.
Néanmoins je rangeais ce projet d’alpinisme pour plus tard…

C'est presque 20 ans après et avec l’arrivée de nouvelles techniques de progression comme le dry tooling que ce projet a ressuscité.

Finalement c’est cette année 2011, avec Seb Ratel (du GMHM)  et Rémi Sfilio (guide stagiaire à la Compagnie des Guides de Chamonix), que nous irons gravir cette voie.
Nous ne serons pas déçus par l’itinéraire qui nous donnera bien du fil à retordre.
Nous progresserons tous les jours de 6 longueurs, soit environ 200m, dans des  difficultés qui oscillent entre le M5 et le M6.
Dans la nuit du troisième jour, nous arriverons enfin sur l’arête du Tournier.

Le lendemain, la vue est saisissante sur les cordées qui grimpent la Ginat.

Nous, nous ramerons encore une bonne journée sur les corniches de neige du Tournier avant l’arrivée au sommet pour la fin de ce rêve."


2011-02-04 Ecaille Epique 1 2011-02-04 Ecaille Epique 2
2011-02-04 Ecaille Epique 3
2011-02-04 Ecaille Epique 5
2011-02-04 Ecaille Epique 4  2011-02-04 Ecaille Epique 5

2011-02-04 Ecaille Epique 6
2011-02-04 Ecaille Epique 7
2011-02-04 Ecaille Epique 8  2011-02-04 Ecaille Epique 9
2011-02-04 Ecaille Epique 10  2011-02-04 Ecaille Epique 11
2011-02-04 Ecaille Epique 12
2011-02-04 Ecaille Epique 13

 

Texte et photos de Pessi Patrick, guide de haute montagne.

Lire d'autres articles dans le blog sur les nouvelles voies.

Repost 0
Published by Compagnie des Guides de Chamonix - dans Ouverture de nouvelles voies
commenter cet article

Profil

  • Compagnie des Guides de Chamonix
  •  	 La Compagnie des Guides de Chamonix existe depuis 1821. Elle compte actuellement près de 200 guides et accompagnateurs qui avec plaisir et passion vous feront "vivre" la montagne . Tel: 00(33)450 530 383
  • La Compagnie des Guides de Chamonix existe depuis 1821. Elle compte actuellement près de 200 guides et accompagnateurs qui avec plaisir et passion vous feront "vivre" la montagne . Tel: 00(33)450 530 383

Présents sur le site

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Rechercher Un Lieu, Un Article

La Compagnie

Photos-Parvis - copie

Archives

Présentation

La Compagnie des Guides de Chamonix existe depuis 1821. Elle compte actuellement près de 200 guides et accompagnateurs qui, avec plaisir et passion, vous feront "vivre" la montagne.

@ mail des guides et AMM :

Compteur

Liens